Coordination des Etudes Brachylogiques

Coordination des Etudes Brachylogiques

Page 7788 Journal Officiel de la République Tunisienne – Annonces Légales, Réglementaires et Judiciaires – 11 décembre 2012 N° 148
Constitution d’une association
Dénomination : «Brachylogia» –
Coordination des études brachylogiques.
Objectifs : La recherche, les études, la pensée et la création, ainsi que la coordination et la coopération entre les chercheurs, les créateurs, les penseurs et les industriels dans le domaine des êtres, des objets et des formes à petites dimensions.
Comité directeur : Mansour M’henni (Président), Sabah Ayadi née Zoghlamii (Secrétaire général), Mohamed Chagraoui (Trésorier), Mahjoub Aouni (Vice-Président), Mohamed Zinelabidine, Maher Guezmil, Jihène Nacef, Zouhour Ben Aziza née Messili, Mohamed Saad Borghel.
2012R04462APSF1

(Extrait d’un prospectus de la CIREB, réalisé par l’équipe libanaise des études brachylogiques) en 2016 (pour le SEB2-LBN)

Au départ… une idée…

 

 

Il y a tout lieu de croire que la « tentation brachylogique » était inhérente au parcours intellectuel, académique et créatif de Mansour M’henni et qu’elle avait mûri en lui à la faveur des expériences pédagogiques, médiatiques et socioculturelles. Quand il décida de lancer son projet, en 2012, on l’imaginerait peut-être en situation d’inquiétude interrogative et de gestation laborieuse et dans le besoin de jeter sa bouteille à la mer pour en faire le principal repère de l’évolution de son idée, jusqu’à sa concrétisation dans le concept de Nouvelle Brachylogie qui désormais en rend le mieux compte, sans prétendre à une quelconque cristallisation ni épuiser le potentiel de correction, d’approfondissement et de prolifération qu’on pourrait y puiser. C’est pourquoi nous avons tenu à reproduire ici le texte inaugural par lequel M. M’henni a justifié, au tout début, son idée et son projet et qui serait matriciel des développements ultérieurs du nouveau concept.

 

Introduction aux études brachylogiques (Par Mansour M’henni)

 

 

La forme brève a réinvesti toutes les formes d’expression, surtout littéraires, et la poétique de la brièveté est devenue un champ fructueux de recherche dans le domaine de la pratique littéraire et de l’expression en général. Sous des dénominations variées certes, mais convergeant toutes vers une logique fondamentale, celle de la concision, et la poétique spécifique qui la gère, particulièrement celle de la condensation.

C’est pourquoi, l’idée n’est peut-être pas insensée de concevoir une (re-)structuration de ce champ discursif dans une discipline spécifique (une de plus ne ferait de mal à personne) qu’il conviendrait d’appeler « la brachylogie », grâce à la récupération d’un mot de la langue qui a tendance à perdre pied dans l’usage, tellement il a été acculé à désigner une figure de style de plus en plus éclatée dans des variantes plus facilement saisissables à l’emploi et à l’interprétation.

La brachylogie ! Telle est cette présumée science, ou au moins une certaine déclinaison de la science qu’on pourrait commencer par désigner comme étant « l’étude des petites formes ». A première vue, on songe immédiatement aux petites formes discursives, surtout les littéraires d’entre elles, et on répliquerait que la périphrase « poétique des formes brèves » suffirait largement, peut-être même avec l’avantage de la précision, de la clarté et des mots simples. Cependant, l’intention est ici plus ambitieuse, car elle prétend qu’une science générale des petites formes, aussi bien en biologie, en sciences de la matière qu’en sciences du langage, gagnerait à se constituer comme telle et à se donner à l’étude la plus appliquée et la plus minutieuse pour amener peut-être de nouveaux enseignements et d’autres vérités sur l’homme et son environnement, sur son potentiel relationnel et ses insuffisances, sur sa capacité créatrice et les limites de sa puissance.

De quelque domaine d’étude que l’on se revendique, on est confronté à la dialectique du petit et du grand, du court et du long, de l’étroit et du large, du bref et de l’étendu, du micro-dimensionnel et du macro-dimensionnel. Le plus souvent, sauf peut-être dans les sciences fondamentales, on reste au niveau de ce relationnel dichotomique sans trop focaliser sur « le petit » comme valeur intrinsèque, à tel point que, souvent, ne nous restent vraiment de celui-ci que la notion de « petitesse » et sa connotation péjorative.

Or, on s’étonnerait à voir combien « le petit », dans ses différentes configurations et dans ses dimensions les plus variées, peut être porteur de valeurs ! Pour peu que l’on s’attarde à son observation analytique et/ou méditative et que l’on examine minutieusement ses différents fonctionnements et leurs implications plurielles ! Pourvu que l’on se déleste de tout préjugé à son égard ! N’est-ce pas le rôle et la fonction de la science, tant qu’elle accepte de ne pas se détourner de la logique du discours et de la sensibilité littéraire et artistique ?

C’est la conviction de devoir répondre par l’affirmative à cette dernière question, qui motive la recherche brachylogique et l’exploration des représentations variées de la brachylogie dans les différentes manifestations de la vie.

La brachylogie sera donc pour nous ce champ de connaissance et de savoir qui englobe tout ce qui se reconnaît, tout ce qui est reconnu, structurellement et fonctionnellement, de l’ordre du « petit », du « minus », dans toutes ses configurations, toutes ses manifestations et avec tous ses outils et ses moyens. Elle est surtout une plateforme de recherche pluridisciplinaire où les sciences fondamentales et les sciences sociales se tendent les interrogations et esquissent ensemble des éléments de réponse pour ce qui concerne ce que l’on s’accorderait à appeler « le petit et le bref », le « minus » si l’on préfère, en dehors de tout préjugé de valeur, et où cela se ferait à la rencontre, en amont ou en aval, et pourquoi pas en parallèle, de la littérature et des arts dans le champ culturel le plus étendu, assez en tout cas pour embrasser toutes les expressions langagières.

Car par-delà les sciences et la pratique du langage, les sciences physiques et naturelles, au sens large, ont leur brachylogie dans les études anatomiques, morphologiques et microscopiques. La technique aussi, en conséquence, a cultivé le sens du petit et de son usage ; les Japonais, entre autres civilisations, y ayant trouvé le champ privilégié de leur excellence, ne tardèrent pas à avoir des disciples dans les domaines où ils ont développé ce sens, dans son double sens d’acception et d’orientation (ou direction), sans doute aussi dans celui de sensibilité.

L’ambition des études brachylogiques, à tous points de vue préparatoires, est de (re-) lancer l’idée, à partir de son apparentement étymologique et de ses racines herméneutiques, en vue de mettre en perspective les jalons structurels de son orientation éclectique et de le présenter dans la cohérence conceptuelle qui lui donnerait les raisons de se constituer comme un champ propice à l’exploration scientifique dans ses dimensions larges et plurielles.

 

Qui est Mansour M’HENNI ?

Il est Professeur émérite à l’Université Tunis-Almanar (Tunisie), spécialiste des littératures françaises et francophones. Il a dirigé un établissement universitaires ainsi que les principaux médias publics de l’audiovisuel et de la presse écrite en Tunisie.

Il est l’auteur de 6 études et essais, de cinq recueils de poèmes, d’un recueil de nouvelles, d’un récit et d’un roman (Prix Littéraire Kateb Yacine 2014). Il a traduit en français deux romans et un recueil de poésie, tunisiens de langue arabe. Très actif dans la vie associative.

Initiateur du concept de « Nouvelle Brachylogie » en 2012. Son livre Le Retour de Socrate « Introduction à la Nouvelle Brachylogie » (2015) expose les fondements du concept, développe son assise conceptuelle et théorique et prospecte ses implications et ses ramifications méthodologiques et pratiques dans une perspective pluridisciplinaire. Il est aussi le directeur responsable de la nouvelle revue semestrielle Conversations, la revue des études brachylogiques.

 

 

 

L’ancêtre associatif : Brachylogia-Tunisie

 

 

Brachylogia : Coordination des Etudes Brachylogiques

Adresse postale : Association Brachylogia

26 avenue Darghouth Bacha, 1007 Tunis

Mail : brachylogia.org@gmail.com

Site:  www.brachylogia.com

 

جمعية إبــــراخيــــليا:(تنسيقية الدراسات الإبراخيلية)

العنوان البريدي: جمعية إبــــراخيــــليا – 26 شارع درغوث باشا – 1007 تونس

البريد الإلكتروني:  brachylogia.org@gmail.com

موقع الواب: www.brachylogia.com

 

Aussitôt constituée, Brachylogia-Tunisie a enchaîné les séminaires d’études brachylogiques : le premier, en avril 2013 à Moknine (Institut Supérieur des Langues Appliquées – Université de Monastir) et le second en novembre 2013 à Tunis (Institut Supérieur des Sciences Humaines – Université Tunis El Manar), dans le cadre du Premier Congrès Mondial du Département de français de cet établissement. Et c’est à cette occasion qu’une assemblée générale constituante de la CIREB s’est tenue à l’initiative du président de l’association tunisienne et en accord avec les partenaires d’autres pays où le concept avait pris pied. A cette date (mai 2016), Brachylogia-Tunisie, avec ses trois bureaux du Nord, du Centre et du Sud, a organisé cinq séminaires d’études brachylogiques, entre Moknine, Tunis et Sfax, et le sixième est programmé à Gabès au début de novembre 2016. Elle a organisé à Mahdia, en décembre 2015, les Premières journées de « Pédagogie et brachylogie » ; les secondes journées étant programmées au début de décembre 2016. Elle a construit son propre site : www.brachylogia.com et piloté la construction du site de la cireb : www.cireb-brachylogie.org . Elle a publié, en partenariat avec l’ISSHTunis et l’Université Tunis El Manar, le livre de base du concept de Nouvelle Brachylogie, en l’occurrence Le Retour de Socrate. Introduction à la Nouvelle Brachylogie (Tunis, 2015). Elle a engagé la publication d’une revue semestrielle Conversations « Revue des études brachylogiques » (le premier numéro est sorti en mai 2016). Elle s’applique à publier une sélection des Actes de ses trois premiers séminaires et à préparer l’organisation du Deuxième Congrès Mondial de Brachylogie, en avril 2017 à Hammamet.

 

Page 7788 Journal Officiel de la République Tunisienne – Annonces Légales, Réglementaires et Judiciaires – 11 décembre 2012 N° 148

Constitution d’une association

Dénomination : «Brachylogia» –

Coordination des études brachylogiques.

Objectifs : La recherche, les études, la pensée et la création, ainsi que la coordination et la coopération entre les chercheurs, les créateurs, les penseurs et les industriels dans le domaine des êtres, des objets et des formes à petites dimensions.

Siège social : Bâtiment n°2, appartement n°6, R6, Monastir.

Comité directeur : Mansour M’henni (Président), Sabah Ayadi née Zoghlamii (Secrétaire général), Mohamed Chagraoui (Trésorier), MahjoubAouni (Vice-Président), Mohamed Zinelabidine, Maher Guezmil, JihèneNacef, Zouhour Ben Aziza née Messili, Mohamed Saad Borghel.

2012R04462APSF1