L’ACAM : quinze ans déjà !

L’Association pour la Culture et les Arts Méditerranéens (ACAM) fête ses quinze ans d’existence, cette année. En effet l’idée se concrétisa un jour de septembre 1996, dans le Café de La Cage à Monastir où un noyau d’universitaires et intellectuels répondit à l’appel de l’initiateur du projet, Mansour M’henni et où se tint l’assemblée générale constituante. Le 9 juin 1997, le récépissé de dépôt est délivré par le gouverneur de Monastir et au mois d’octobre 1997, la naissance de l’association est publiée au JORT.
Depuis, l’association a fait du chemin et a multiplié les actions 15 ans durant, organisant conférences, séminaires, rencontres culturelles et surtout un Symposium des Expressions Culturelles et Artistiques de la Méditerranéité (SECAM) qui se prépare à organiser sa huitième édition au mois de novembre 2012, sur « Architecture et méditerranéité ».

L’association a publié les actes de son premier symposium « Perceptions de la Méditerranée » et publie sa revue semestrielle Thétis, la revue des cultures et des arts méditerranéens, (se contenant d’un numéro double par an pour des raisons budgétaires, en attendant des jours meilleurs).

Après avoir fait l’expérience des bureaux régionaux et en avoir évalué le rendement (à Tunis, Tozeur, Monastir, Sousse et Kélibia) ; la dernière assemblée générale (mars 2012) a préféré le retour à une gestion centralisée  des actions pour mieux programmer et pour consolider les structures internes de l’ACAM, en l’occurrence l’Institut Thétis de la Méditerranéité (IThéMed) dont dépend désormais la revue Thétis et qui est dirigé par Pr. Mohamed Zinelabidine et le Club de la Jeunesse Méditerranéenne (ACAM-Jeunesse) qui a eu l’opportunité, cette année, de réaliser un film documentaire produit par l’ACAM sur la pollution marine, Bhar Hazzou Eloued (Une mer inconsciente de sa dérive). L’équipe des jeunes méditerranéens a vu ses efforts et sa créativité récompensés par le Festival International du Film Amateur à Kélibia (FIFAK) qui a décerné le 3e prix de la compétition nationale à cette première production de l’équipe de l’ACAM.

La rencontre des 29 et 30 septembre est le premier volet de la célébration du XXVe anniversaire de l’ACAM (le deuxième volet sera le 8e symposium et le troisième un numéro spécial de la revue Thétis). Elle est organisée en partenariat avec les universités de Monastir (Institut Supérieur des Langues Appliquées de Moknine), de Tunis (Laboratoire Etudes en Culture-TIC et Développement) et de Tunis-Manar (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) et ce à Monastir (Hôtel Monastir-Center) à partir de 10 heures.

Au programme :

  • Atelier pour les jeunes (Jeunesse et société civile), animé par Dr. Moussaddak Besbès.
  • Séance d’évaluation et de prospection (ACAM : réalisations et perspectives), dirigée par M. Mahjoub Aouni, vice-Recteur de Monastir.
  • Présentation des projets en vue (notamment celui d’Une Encyclopédie de la Méditerranéité), dirigée par M. Mohamed Zinelabidine.
  • Soirée poétique et musicale. Mini-colloque : Figure en Méditerranée (hommage au président fondateur de l’ACAM) où deux séances scientifiques dirigées respectivement par Pr. Abderrahman Tenkoul, président de l’Université de Kénitra (Maroc) et Pr. Samir Marzouki de l’Université de La Manouba, verront se succéder les communications de MM. Samir Marzouki, Mustapha Trabelsi, Abderrahman Tenkoul, Kamel Ben Ouanès, Mohamed Saad Borghel, de mesdames Farida Bouhassoune et Héla Ouardi et des témoignages de Madame Afifa Marzouki, M. Abdelhamid Ladhari et M. Maher Guesmir (traducteur en espagnol de la poésie de l’auteur).

Programme détaillé :

Vendredi 28-9-2012 : arrivée des invités étrangers. Accueil
Samedi 29-9-2012 : Journée d’étude sur les actions et les projets de l’ACAM : 
  • Atelier de travail pour ACAM-Jeunesse : Jeunesse et action civile (animé par Dr. Moussaddak Besbès, actif dans la société civile)
  • 1ère séance présidée par M. Mahjoub Aouni (Vice-président de l’Université de Monastir et Responsable-recherche dans l’ACAM) : évaluation et prospection.
  • 2e séance présidée par M. Mohamed Zinelabidine (Directeur du Laboratoire d’Etudes en Culture – TIC et Développement, et directeur de l’IThéMed) : Lancement du projet de l’Encyclopédie de la méditerranéité. (Présentation du projet par Mansour M’henni, initiateur et coordonnateur du projet).
  • Soirée du samedi : Improvisations musicales et technologie (L’équipe du Laboratoire d’Etudes en Culture-TIC et développement)
Dimanche 30-9-2012 : Journée d’étude pour inaugurer le programme « Figures en Méditerranée » de l’IThéMed (Hommage au président fondateur de l’ACAM : deux séances présidées par MM. Abderrahman Tenkoul et Samir Marzouki). Interventions de Messieurs Abderrahman Tenkoul, Samir Marzouki, Mustapha Trabelsi, Kamel Ben Ouanès, Mohamed Chagraoui, Saad Borghel (en arabe) et Mesdames Afifa Marzouki, Férida Bouhassoune et Héla Ouardi.
Lundi 01-10-2012 : l’étude de faisabilité de projets et conventions de coopération tuniso-marocaine entre des établissements et structures de recherche tunisiens d’une part et l’Université Ibn Tofaïl de Kénitra et ses établissements d’autre part (en coordination avec les universités de Tunis, de Manar et de Monastir représentées respectivement par l’ISMusique de Tunis, l’ISSHTunis et l’ISLATAMoknine). Rencontre présidée par Messieurs les présidents des universités de Tunis et de Kénitra.

Mardi 02-10-2012 : Départ des invités.

En partenariat avec
Université de Monastir 
(Institut Supérieur des Langues Appliquées de Moknine)
Université de Tunis 
(Laboratoire Etudes en Culture-TIC et Développement)
Université Tunis-Manar
(Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis)
+++++++++++++++++++++++++++

Joyeux anniversaire ACAM par Nawrez Guesmi

Le 29 et le 30 septembre, Monastir et plus précisément, l’hôtel Monastir Centre a célébré le 15ème anniversaire de l’Association pour la Culture et les Arts Méditerranéens (ACAM). A cette occasion, l’ACAM, l’Institut Thétis de la Méditerranéité (I Thé Med) ont organisé le 29 et le 30 septembre 2012, à Monastir et le 1er octobre à Tunis, une rencontre scientifique et culturelle, intitulée « l’ACAM 15 ans déjà ». Cette rencontre était rehaussée par la participation du professeur Abderrahman Tenkoul, Président de l’Université Ibn Toufail de Kénitra (Maroc), en partenariat avec Université de Monastir (Institut supérieure des langues appliquées de Moknine), l’Université de Tunis (Laboratoire Etudes en Culture-TIC et Développement) et l’Université Tunis-Manar (Institut Supérieure des Sciences Humaines de Tunis).

Logo ACAM

Samedi, le 29-9-2012 était une journée d’étude sur les actions et les projets de l’ACAM.
Un atelier de travail intitulé « Jeunesse et action civile », animé par Dr Moussaddak Besbes, s’est mis en place. Les débat était concentré sur le rapport des jeunes présents à la vie associative – à partir de leur expérience au sein de l’ACAM ou d’autres associations- et les problèmes rencontrés.
Parmi les questions évoquées, le rapport du travail associatif à l’actualité politique entre soumission et autonomie (surtout dans le cadre d’un tiraillement politique). De ce fait, il s’est ensuivi qu’au sein de toute association, on doit avoir à une harmonie malgré les différences idéologiques, dans une atmosphère d’échange et de tolérance. De plus, il faut jouer sur l’effectif des adhérents pour s’imposer malgré les invasions politiques car la sauvegarde de l’association doit être de l’intérieur.

Les intervenants ont cité les fondements de l’activité associative : le volontariat, l’engagement, l’échange, le respect, la discipline et l’intégration, en invitant les jeunes à adhérer à ce genre d’activités vu que la jeunesse est la connotation de la volonté et le vecteur de la culture.
Pour améliorer l’activité associative, plusieurs suggestions ont été présentées. Pour l’exemple de l’ACAM, certains exigent une formation en des langues étrangères pour assurer l’échange avec d’autres associations au bord du Méditerranée.
Vu que l’activité associative est à but non lucratif, le marketing associatif est essentiel pour apporter des revenus nécessaires aux activités de l’association.
Suite aux activités de cet atelier, Mr Mahjoub Aouni (Vice-Président de l’Université de Monastir et Responsable-recherche dans l’ACAM), présida la 1ère séance ayant pour titre, « Evaluation et Prospection » et s’intéressant à l’histoire de l’ACAM, ses objectifs et son avenir.

Depuis sa fondation en septembre 1996, dans le Café de La Cage à Monastir où un noyau d’universitaires et intellectuels répondit à l’appel de l’initiateur du projet, Mr Mansour Mhenni, et où se tint l’assemblée générale constituante, l’ACAM a comme perspective, le rayonnement méditerranéen sur les plans artistique et culturel. Depuis, l’association a multiplié les actions, organisant conférences, séminaires, rencontres culturelles et surtout un Symposium des Expessions Culturelles et Artistiques (SECAM) qui se prépare à organiser sa 8ème édition au mois de novembre 2012 sur « Architecture et Méditerranéité ». Les activités de l’ACAM ont été récemment couronnées par le 3ème prix à la compétition nationale décerné, lors du Festival International du Film Amateur à Kélibia (FIFAK), pour le film documentaire sur la pollution marine : « Bhar hezzou l’oued » ; (une mer inconsciente de sa dérive), réalisé par l’ACAM Jeunesse.

Malgré la modestie des moyens, les ACAMiens ont réussi à tracer le chemin vers la méditerranéité. Dans cette perspective, Mr Mohamed Zin El-Abidine, a présenté le projet d’une Encyclopédie de la méditerranéité que certains intellectuels vont enrichir par leurs recherches et leur savoir dans le but d’une invitation à l’ouverture sur les pays méditerranéens la protection de notre héritage commun.
Après une soirée cinématographique où il y’ avait la projection du film « Bhar hezzou l’oued », la matinée du 30-9-2012 était littéraire ou plutôt poétique. Pendant cette matinée, certains ACAMiens et quelques amis ont rendu hommage à Mr Mansour Mhenni, le fondateur de l’ACAM et une personne renommée dans le champ culturel etintellectuel.

Lors de cette journée d’étude intitulée « Figures en Méditerranée », durant deux séances présidées par MM Abderrahman Tenkoul et Samir Marzouki, on adécouvert quelques traits du monde littéraire de Mr Mansour Mhenni à travers une lecture de ses œuvres : « l’Araignée », Là-Bas »…
Son écriture dévoile un homme des lettres inclassable, qui mêle les genres et les styles et manie la langue tout au long d’une quête perpétuelle.
Derrière la simplicité apparente exprimée par la forme brève et la spontanéité de l’expression, il y’avait un monde poétique complexe. (J’insiste sur les termes « poésie » et « poétique », parce que Mr Mansour est un véritable poète vu sa sensibilité et son humanisme que révèle son œuvre.) Cette complexité provient d’un rapport ambigu entre l’intime et le milieu extérieur : l’intérieur contient l’extérieur et y est, à la fois, contenu. Cet intime toujours en quête, sonde dans sa mémoire, sa personne et dans le milieu environnant, le style d’un poète novateur qu’il veut être, la femme idéale qu’il désire rencontrer, la musique et l’expression convenables pour transmettre ses sentiments et pour lui garantir l’éternité.

La dualité de l’amour et la mort et la vocation de la littérature sont les sujets de la plupart des œuvres de Mr Mansour.
La femme est centrale dans son œuvre. Elle est, selon lui, à l’origine du monde. Elle est sa muse inspiratrice, la mère protectrice, l’être aimé, la fille-la postérité et la ville natale Sayada. Bref, elle est la beauté absolue.
La dualité de l’amour et de la mort est un thème qui a inspiré notre poète.
En fait, l’amour idéal non réalisé suscite la mort de l’âme à cause du sentiment de la mélancolie qu’il provoque. Mais, paradoxalement, on aime pour échapper à la mort. Son amour pour l’écriture est aussi, une arme pour lutter contre la mort et un garant de son immortalité. Les amis de Mr Mansour affirment qu’on ne peut pas dissocier l’écrivain de son œuvre. Ils affirment qu’il est –à travers ses écrits- un humaniste en quête des valeurs, un être habité par un élan vers l’idéal et hanté par des fantasmes et des illusions. Il est l’homme déchiré entre un « spleen » et « un idéal » et la lecture si expressive de Mme Afifa Marzouk de quelques extraits de l’œuvre de Mr Mansour nous a fait une esquisse de cet homme-poète.
En guise de clôture, je souhaite une longue vie à l’ACAM et à son fondateur Mr Mansour Mhenni et beaucoup de volonté et de ténacité à ses adhérents pour qu’ils atteignent les objectifs visés.

par Guesmi Nawrez

http://www.acamtunisie.org/anniversaire-de-lacam/